L'école des parents est submergée de demandes

L'association de l'école des parents et des éducateurs (EPE) intervient 2 fois par semaine à Lunel, ville du Languedoc-Roussillon. Elle a pour but de soutenir et d'aider les parents en détresse et est aujourd'hui débordée au point que plus d'une vingtaine de personnes sont sur une liste d'attente.

Des structures d'aides sociales et éducatives

L'EPE est une association de services aux familles et aux éducateurs.

La toute première structure, elle a été lancée en 1929 en région parisienne avec pour objectif de permettre aux parents de se rencontrer et de parler éducation.

En France, il existe une cinquantaine d'EPE, toutes attachées à une Fédération nationale. Elle offre un accueil égalitaire, une écoute sans jugement et garantit une confidentialité et la liberté de parole.

Elle a pour but de favoriser le dialogue dans le groupe familial, de mettre en relation les parents et les professionnels.

De plus, elle de participe à la formation et à l'accompagnement des professionnels de l'éducation et du secteur sanitaire et social et organise des espaces d'échanges entre les parents.

Des conférences, des débats, des entretiens personnalisés, des points accueil écoute sont proposés par l'EPE pour les parents et les jeunes.

À la demande des partenaires, des actions collectives peuvent également être menées, comme des groupes de réflexions dans les collèges, sur la violence, le respect, les différences filles/garçons, par exemple.

Des équipes surchargées

À Lunel, elle a reçu 78 familles et a réalisé 306 entretiens si l'on ne compte que ceux liés aux 0-12 ans. Des chiffres en nette augmentation par rapport à 2010 qui sont liés aux problèmes économiques et sociaux récemment rencontrés.

C'est pourquoi cette année c'est entre 20 et 25 personnes qui se trouvent sur liste d'attente pour être reçues par l'EPE.

Blandine Sagot, coordinatrice sur l’Hérault, déclare « On a toujours eu du monde dans nos points écoute. Les gens ont besoin d’être confortés dans leur décision. Souvent, on les aide à trouver leurs propres solutions ».

Elle explique « On a des parents de jeunes enfants qui se posent des questions relatives au développement de l’enfant. »

Elle précise aussi « On a des gens qui viennent d’arriver dans la région et sont coupés de leur propre famille. On a beaucoup de parents qui ont besoin d’être mis en confiance, on les sécurise, les accompagne »