1000 postes d'enseignant en plus en septembre 2012

Le ministère de l'Éducation nationale a communiqué la répartition des 1000 nouveaux enseignants en primaire pour la rentrée de septembre 2012. Les académies de Versailles et Créteil, en région parisienne, bénéficient de la majorité de ces postes.

100 postes supplémentaires pour l'académie de Versailles

Lors du mandat de Nicolas Sarkozy, près de 80.000 postes ont été supprimés dans l'Éducation nationale.

Le ministère de l'Éducation nationale Vincent Peillon a communiqué officiellement, ce 20 juin, cette répartition aux organisations syndicales lors d'une réunion du comité technique ministériel.

Cette première étape de la lutte contre l'échec scolaire désirée par François Hollande fait partie du « plan d'urgence » du gouvernement Ayrault.

Vincent Peillon explique que cette répartition répond à plusieurs critères déterminants dans le but « de corriger les injustices des suppressions de postes » décidées par le gouvernement précédent.

En effet, au total, environ 80.000 postes auront disparu entre 2007 et 2012 dans l'Éducation nationale.

Le ministère explique cette répartition. « Nous avons privilégié trois critères : le niveau d'encadrement en enseignants de chaque académie, en lien avec la variation attendue du nombre d'élèves, la difficulté scolaire et sociale et la ruralité. »

Les académies les mieux servies sont celles de Versailles et Créteil avec respectivement, 100 et 80 postes en plus, de prévus à la rentrée 2012.

Les académies de Grenoble, Lyon, Bordeaux et Aix-Marseille gagnent, elles, 65 postes.

Les syndicats, eux, ont bien conscience que ces 1000 postes ne sont qu'un premier geste dans l'attente des 60 000 promis par François Hollande sur son quinquennat.

Christian Chevalier du SE-UNSA déclare « Donner la priorité au primaire, c'est un symbole fort, c'est préparer l'avenir. »

Il ajoute néanmoins qu’« il faudra se tourner vers le collège, le maillon en difficulté de la scolarité qui, lui, a besoin de sois d'urgence ! »