Maternelle : un village ouvre sa propre école privée et hors contrat

Se refusant à abandonner sa classe de maternelle, la commune montagnarde de Puy- Saint-Vincent dans les Hautes-Alpes, a dû piocher dans ses propres fonds pour engager une institutrice dans une école désormais privée et hors contrat avec l’Éducation nationale.

Un regroupement géographique qui déplaît

Avec ses quelque 300 habitants, la commune Haute-Alpine de Puy saint Vincent ne pouvait se résoudre à fermer sa classe de maternelle. Selon les plans de l’académie, et en vertu d’une « baisse démographique et d’effectifs insuffisants », les enfants inscrits auraient dû se rendre dans une autre école située à Vallouise dans la vallée, à 4,5 km de là. Un déplacement périlleux au vu des nombreux virages et enneigements fréquents de la route. Le village étant tout de même situé à 1800 m d’altitude.

Pour la commune et sa survie, il était plus que primordial de conserver les enfants au sein du village. « Il faut que la commune garde ses enfants dès le plus jeune âge, sinon c’est la mort annoncée du village », commente ainsi le maire Marcel Chaud.

Ne pouvant faire entendre raison à l’Éducation nationale, la commune et ses habitants ont donc utilisé les grands moyens. En débloquant 30 000 euros, le village a donc créé sa propre école privée hors contrat avec l’État comprenant une classe de 10 élèves actuellement. Une « école » privée implantée au sein même de l’actuel établissement primaire communal, accueillant lui 17 enfants.

Pour la mairie, cet investissement, bien que « transitoire », s’avère relativement intéressant. Mettre en place des transports scolaires pour emmener les enfants dans les écoles des alentours nous aurait coûté plus cher. Sans compter que des enfants, si petits, auraient dû l’hiver en raison de la neige se lever très tôt » commente ainsi M. Chaud.

La mairie, comme l’inspection académique, espère cependant voire la situation s’arranger. « C’est un accident de parcours. Si les effectifs remontent de façon notable en fin d’année, on va demander à l’inspection académique de renouveler le poste », précise le maire.