Une école maternelle prend le nom d'une esclave à la Réunion

Organisatrice de la révolte des esclaves Réunionnais dans la commune de Saint-Leu, Elie donne désormais son nom à une école maternelle. Une reconnaissance et un devoir de mémoire applaudi par l'ensemble du corps éducatif et municipal.

Un nom d'école pour ne pas oublier

L'Histoire si elle se répète ne dois pas être oubliée. Personnage ô combien important pour l'histoire de l'île, Elie, esclave réunionnaise devenue rebelle et organisatrice de la révolte est un véritable symbole pour les habitants. C'est donc en hommage mais également au titre du devoir de mémoire que son nom a été donnée à l'école maternelle de Saint-Leu.

Applaudi par un grand nombre d'élus mais aussi d'artiste et de personnalité de l'ile le baptême officiel de l'école ce vendredi 4 novembre avait des allures de fête, deux cent ans après la révolte des esclaves, débutées justement dans la commune, près du fleuve La ravine du Trou.

De nombreux artistes locaux se sont également rassemblés à cette occasion comme Davy Sicard, Maximin Boyer, Lucet Permalnaïck, Fred de Saint-Joseph, , Marilyne Dijoux, Dédé Payet et pleins d'autres. Toute la journée se sont ains succédés, défilé, pièces de théâtres, lecture de contes et concerts au sein même de l'établissement.

"Cette commémoration dʼun événement important de notre passé doit nous aider à préparer les enfants et la jeunesse dʼaujourdʼhui à prendre en mains lʼavenir du pays" a déclaré à cette occasion le maire de Saint-Leu, Thierry Robert.