Grève des enseignants jeudi 15 décembre

Les enseignants du premier degré ont lancé un appel à une journée de grève et de manifestation ce jeudi 15 décembre pour protester contre le projet de réforme de l’évaluation des enseignants qui pour eux ne servirait qu’à faire des économies.

8,5 % de grévistes selon le ministère, 20 % selon les syndicats

Les manifestations sont prévues dans tous les départements, à Paris qui a nombreuses écoles, le départ aura lieu à 14 h 30 dans le 14e arrondissement et la journée se terminera dans le 7e, près du ministère de l’Éducation nationale. La réforme visant à faire évaluer le personnel enseignant lors d’un seul entretien avec le chef d’établissement, et ce tous les 3 ans, afin de définir l’évolution des salaires de chacun pose problème.

Ce projet a été perçu par le premier syndicat du secondaire, le Snes-FSU, comme une « déclaration de guerre ». Une pétition demandant le retrait de ses textes a d’ailleurs obtenu près de 62 000 signatures.

En primaire, le nombre de grévistes est, selon le ministère de 8,5 %, et pour les syndicats, de 20 % pour le premier degré. Ils doivent se déclarer 48 h à l’avance pour organiser un minimum l’accueil des élèves. C’est donc la mobilisation dans le secondaire qui donnera la tonalité de cette journée. Les syndicats tels que le Fep-CFDT ou encore le Snes-FSU participeront aussi à cette journée de mobilisation.

Les mobilisés veulent le retrait de cette réforme, ou au moins des négociations ce que Luc Chatel, actuel ministre de l’Éducation nationale, ne refuse pas. Il ne reviendra pas sur le projet, mais promet de « réfléchir à la méthode et au calendrier ».

Pour lui, cette réforme a pour but de revaloriser les enseignants, « aujourd’hui, les enseignants sont évalués tous les sept ans, ça n’est pas valorisant pour eux ». Il entend bien qu’un chef d’établissement ne peut évaluer seul un enseignant, il devra alors s’entourer de personnel compétent pour évaluer un professeur agrégé en mathématiques par exemple.

Santé : 62,2 % des enfants sont déshydratés avant d’aller à l’école

Une étude de Nestlé Waters, mais non moins sérieuse, a été réalisée sur des enfants de 9 à 11 ans et montre qu’une majorité des sujets allant à l’école y arrivent déshydratés malgré la prise d’un petit déjeuner.

Les enfants ne boivent pas assez le matin

Cette étude, malgré son but commercial, est à prendre au sérieux. Réalisée en mars 2010 sur 529 enfants, elle montre que les besoins hydriques de ces derniers sont loin d’être satisfait au début de leur journée. C’est la première dans ce genre, puisque jusqu’à présent aucune donnée sur l’état d’hydratation des enfants français n’était recensée.

Elle consiste à prélever des échantillons d’urine au moins 30 minutes après la prise du petit déjeuner et à répondre à un questionnaire sur le type d’aliments et de boissons consommés lors de ce premier repas de la journée, le tout sous la direction de Gérard Friedlander, chef du service de physiologie à l’hôpital Georges Pompidou et à l’hôpital Necker.

On a constaté que même si 90 % des enfants ont pris un petit déjeuner plus ou moins équilibré, 10 % n’ont ni mangé ni bu. Près des deux tiers, soit 62,2 % des enfants sont en déficit d’hydratation quand ils vont à l’école. Cet état est plus fréquent chez les garçons (72,5 %), mais reste aussi élevé chez les filles (51,6 %) malgré le repas et les boissons du matin.

Il faut donc veiller à ce que les enfants prennent un petit déjeuner équilibré, mais aussi qu’ils boivent assez pour assurer leur hydratation. Le mieux serait donc de leur donner une boisson pour aller à l’école en plus de celles consommées le matin. Il ne faut pas oublier que tous les organes (cœur, poumons, reins, cerveau...) ont des besoins hydriques quotidiens pour leur bon fonctionnement.