Handicap à l’école : les parents toujours en colère

Passé au second plan dans la lutte contre le harcèlement scolaire, l’accompagnement des élèves en situation handicap est pourtant loin d’être résolu. Des parents et associations ont ainsi manifesté dans plusieurs villes samedi, dénonçant un abandon du gouvernement.

Des AVS à la place des EVS

Les villes changent, mais le constat est le même, les enfants handicapés sont trop mal accompagnés. À Rennes, Bordeaux, ou Toulouse, les parents d’élèves et associations d’aide au handicap ont défilé et manifestés devant les rectorats. Regroupés sous le collectif Handik, ils ont ainsi dénoncé « la précarisation et l’appauvrissement du dispositif d’accompagnement Auxiliaire de Vie scolaire ».

Pour tous, l’accueil et l’accompagnement des enfants sont insuffisants. Assuré en majorité par des employés de vie scolaire (EVS), « des personnes recrutées via le Pôle emploi en insertion, ayant des statuts précaires avec des contrats de courte durée, et sans formation spécifique » comme le souligne un des manifestants bretons, l’accompagnement devrait être selon la loi handicap de 2005 assuré par un personnel qualifié en la personne des auxiliaires de vie scolaire (AVS).

Une politique qualifiée de hors-la-loi par le collectif Handik puisque le tribunal administratif de Pau, allant dans le sens des associations et parents d’élèves, a demandé à l’État de tenir ses obligations

Une rentrée appréhendée par les familles

Pour les familles et associations, les démarches entreprises par les ministères de la Santé et de l’Éducation nationale n’augurent rien de bon, ces dernières laissant appréhender une nouvelle diminution des AVS mobilisables.

En effet, une circulaire parue en mai au Bulletin officiel établit la mise en place d’un rapprochement entre autorité académique et responsable des maisons départementales du handicap (MDPH) « afin de mettre en place les outils de régulation des prescriptions, de suivi et d’évaluation des activités des AVS ». Les MDPH établissant actuellement le projet de vie scolaire de l’enfant handicapé et décidant des conditions d’attribution d’un AVS, les parents craignent une réduction du personnel mis à disposition, du nombre d’heures attribuées, ainsi qu’une diminution de la qualité des enseignements.

23 mai 2011