La particularité des écoles hors contrat

Diamétralement opposés aux programmes de l’éducation nationale ou souhaitant simplement intégrer de nouvelles approches pédagogiques, de plus en plus d’établissements privés hors contrats voient le jour.

Des établissements contrôlés

Qu’ils soient publics ou privés, sous contrat avec l’Éducation nationale ou non, tous les établissements scolaires sont soumis à des inspections de l’État.

Ainsi, s’ils affichent une certaine liberté en terme de programme scolaire, de budget et d’administration, les établissements privés hors contrat doivent tout de même apporter des garanties à l’État. Ils sont ainsi contrôlés sur plusieurs aspects :

  • les titres des directeurs et des maîtres d’école sont exigés, ceux-ci doivent disposer ainsi d’un diplôme ou d’une dune formation agréée ou validée par l’État ;
  • l’obligation scolaire et le respect de l’instruction obligatoire, le chef d’établissement doit ainsi déclarer à la mairie tout élève inscrit dans son établissement et s’assurer de la présence effective de tout élève inscrit âgé de 6 à 16 ans ;
  • le respect de l’ordre public et des bonnes mœurs,
  • et enfin la prévention sanitaire et sociale.

Une liberté certaine

Pour beaucoup de professeurs, les marges de manœuvre et d’initiative laissées par l’éducation nationale pour l’épanouissement, la réussite scolaire de certains élèves, sont trop réduites. Souhaitant obtenir plus de « liberté », de plus en plus de ces enseignants ouvrent des écoles hors contrats.

À Lion-sur-Mer, près de Caen, une école primaire de ce type ouvrira à la rentrée prochaine, 10 à 15 élèves sont attendus pour cette première année.