Facebook désormais relais du plan "alerte enlèvement"

Lancé en 2006, le dispositif "alerte enlèvement" devrait être relayé en France par le réseau social Facebook et ce dès demain grâce à un partenariat entre le réseau et le ministère de la justice.

Une initiative pour élargir le rayon d'alerte

Avec 52 organismes partenaires répartis dans tous les médias (téléphonie, chaînes de télé, stations radios, presse écrite , sites internet), le ministère de la justice s'est adjoint un nouvel allié de taille dans sa lutte contre les enlèvements de mineurs avec le réseau social Facebook.

Avec ce partenariat et la mise en place d'une page officielle, Michel Mercier le garde des Sceaux espère bénéficier du soutien et de l'aide des quelques 25 millions de français utilisant Facebook.

Crée en 2006, le dispositif "alerte enlèvement", est un plan de grande envergure permettant d'enregistre le plus grand nombre de témoignages en cas de disparition d'un enfant .

"Ce système est efficace car il repose sur une procédure stricte, qui définit les quatre critères nécessaires au déclenchement. Il faut que l'enlèvement soit avéré et que cela ne soit pas une simple disparition même inquiétante, que la victime soit mineure et que sa vie ou son intégrité physique soient en danger et, enfin, que le procureur de la République soit en possession d'informations dont la diffusion peut permettre de localiser l'enfant et/ou son ravisseur" précise le ministre dans une interview au quotidien 20 Minutes .

Depuis la mise en place du dispositif 13 enfants ont été retrouvés. Certaines associations bien que soutenant le dispositif et applaudissant son efficacité, "le nombre d'appels reçus par les services d'enquêtes, plus de 400 en moyenne, démontre une mobilisation importante de la population" d'après M. Mercier, regrettent néanmoins son manque d'internationalisation.

"S'il est aujourd'hui particulièrement aisé pour un agresseur de passer les frontières, un déclenchement simultané de l'Alerte enlèvement dans plusieurs pays, dissuaderait encore davantage les ravisseurs de passer à l'acte" explique ainsi Nicole Guedj, présidente de l'association Casque rouge.

La signature du partenariat est prévu ce mardi 04 octobre.