La carte de répartition des suppressions de postes rendue publique

Le 16 décembre dernier, le ministère de l’Éducation nationale a dévoilé aux syndicats la carte des suppressions de postes prévues pour 2012. Au final, comme annoncé, 14 000 places vont être amenées a disparaître dans l’enseignement.

Une grande majorité d’académies est concernée

C’est 5700 postes qui seront supprimés dans les écoles primaires publiques, 550 dans les collèges et lycées publics, 400 postes de personnels administratifs et 1350 postes dans l’enseignement privé, de quoi raviver le mécontentement des enseignants. L’académie de Lille sera la plus touchée avec 988 postes d’enseignants supprimés au total, soit 399 dans le primaire et 589 dans le secondaire. Le SNUipp-FSU s’est indigné « Le ministère s’acharne contre l’école primaire, alors même que l’OCDE pointe la faiblesse du taux d’encadrement du premier degré »

Les académies de Nancy-Metz et Versailles suivent celle de Lille avec respectivement 792 et 755 postes amenés à disparaître. Les moins touchées seront celles de Bordeaux et Strasbourg avec 433 et 409 suppressions prévues.

les syndicats enseignants et les parents en colère

Les syndicats ne restent pas de marbre face à cette annonce, Christian Chevalier, du SE- Unsa, déclare « On va tasser les élèves par classe, donc je ne vois pas comment on va faire l’individualisation des parcours voulue par Luc Chatel ». L’Unsa Education estime

que ces suppressions équivalent à un « plan social inégalé (qui) dégradera l’avenir de la nation plus sûrement que les agences de notation ne peuvent le faire » L’incompréhension persiste et les reprochent fusent, « Augmentation des effectifs, abandon des capacités d’intervention auprès des élèves en difficulté, non-remplacement des enseignants absents : les conséquences des suppressions font partie du quotidien des équipes éducatives qui tentent, sur le terrain, de colmater les brèches qu’ouvrent le gouvernement », voici ce qu’a déploré l’organisation syndicale d’enseignants.

Un appel à la mobilisation massive a donc été lancé aux enseignants et parents pour s’opposer aux fermetures de postes qui seront annoncées début 2012