Les enseignants veulent évaluer le ministre de l’Éducation

Le 5 décembre dernier, l’opération « Nous aussi on évalue » a été lancée. Les enseignants sont invités à évaluer la politique éducative de Luc Chatel, actuel ministre de l’Éducation. Une fois cette opération effectuée, la fiche d’évaluation sera envoyée au président de la République.

Le Snuipp-FSU dénonce une politique dangereuse

Le Snuipp-FSU (syndicat national unitaire des instituteurs et professeurs des écoles et PEGC) montre du doigt les 5.700 nouvelles suppressions de postes, la baisse de la scolarisation des deux-trois ans, la suppression des enseignants « Rased » spécialisés dans la lutte contre l’échec scolaire, la diminution de la formation pédagogique des professeurs, considérée comme un abandon. Ce syndicat dit d’ailleurs à l’égard de cette politique qu’elle est « à haut risque ».

La nouvelle réforme de l’évaluation des enseignants, la volonté du ministre de publier les résultats d’évaluation des élèves du primaire école par école et le projet d’évaluation en fin de maternelle pose un réel problème et créé la polémique. Ce syndicat dit qu’en tant que

« grand consommateur d’évaluations en tous genres, le ministère de l’Éducation nationale ne devrait pas être exagérément surpris de voir sa politique elle-même passée au crible. »

Une évaluation nationale du ministre

Cette fiche d’évaluation est distribuée à environ 200 000 exemplaires dans les écoles et est téléchargeable sur le site du Snuipp. Ce document vise à noter la réussite de la politique du ministre sur 4 critères : son investissement dans la réussite de tous ses élèves, ses efforts pour protéger et développer les écoles maternelles, la qualité de la formation offerte aux enseignants et la décence de leur rémunération. Pour évaluer ces différents points, les enseignants auront le choix entre deux smileys plus ou moins déconfits selon leur degré de satisfaction.

Cette fiche sera ensuite retournée au Palais de l’Élysée et un appel à la grève a été lancé le 15 décembre pour lutter contre la mise en place de cette réforme qui prévoit entre autres de remplacer la double notation des enseignants par un seul et unique entretien avec le chef d’établissement.