Les villes délaissent trop leurs enfants selon l'Unicef

Dans son rapport « La situation des enfants dans le monde 2012 : les enfants dans un monde urbain » l'Unicef déclare que de nombreux enfants qui vivent dans des villes à la suite d'une urbanisation rapide se voient exclus des services essentiels.

Les enfants de plus en plus exclus en milieu urbain

L'Unicef reconnaît que la poursuite de l’urbanisation est inévitable et que, dans quelques années, la majorité des enfants grandira dans des villes, plutôt qu’en milieu rural.

Les enfants nés en ville représentent déjà aujourd'hui 60% de la croissance de la population urbaine.

Le directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, avertit la population sur le fait que les enfants pauvres des villes sont aussi désavantagés et vulnérables que ceux qui vivent dans la pauvreté en milieu rural.

« Pour nous, l’image traditionnelle de la pauvreté, c’est un enfant dans un village rural. Mais aujourd’hui, un nombre croissant d’enfants vivant dans des taudis ou des bidonvilles font partie des personnes les plus désavantagées et vulnérables du monde. »

Ce rapport montre que les villes sont des sources de disparités profondes. En effet, des écoles, des cliniques et des terrains de jeux sont offerts aux enfants, et pourtant dans le domaine de la santé, l’éducation et les possibilités d’avenir il subsiste toujours de profonds contrastes.

De plus, ces enfants de milieu urbain sont menacés d'exclusion. En réponse à ce risque, le Fonds onusien a appelé les gouvernements à « mettre les enfants au cœur de leur politique d'urbanisme » et à « fournir de meilleurs services à tous ».

L'absence de documents officiels renforce les inégalités et accentue la vulnérabilité des plus démunis, qui sont alors invisibles aux yeux des décideurs.

Il est donc nécessaire de disposer de données mieux ciblées et plus précises pour identifier les disparités entre enfants dans les zones urbaines et ainsi répondre à leurs besoins.