Un rapport parlementaire sur l'hypersexualisation

La sénatrice UMP Chantal Jouanno, a déposée au gouvernement un rapport sur l'hypersexualisation des petites filles. En effet, les petites filles se maquillent de plus en plus tôt, et les images des magazines où les filles photographiées sont de plus en plus jeunes n'arrangent rien.

L'hypersexualisation un phénomène inquiétant

Même si le phénomène est encore marginal en France, cette hypersexualisation touche de pus en plus les petites filles.

Dans certaines écoles primaires il a été obligé d'interdire aux très jeunes élèves de porter des talons hauts par exemple.

Des magasins où des soutiens-gorges rembourrés sont en vente pour faire croire que l'on à de la poitrine à 8 ans, des magasines où les filles exposées sont de plus en plus jeunes et maquillées comme une mannequin adulte participent à ce phénomène

Aujourd'hui , les petites filles de 9-13 ans veulent de plus en plus ressembler à des ados, voire à des femmes.

De plus, les concours de mini-miss qui se multiplient continuent à vendre cette idée. Même si une charte limite les dérives, ce concours reste basé sur l'apparence des petites filles.

Le sociologue spécialiste de la jeunesse, Michel Fize, parle même d'un phénomène « d'érotisation précoce » et dénonce pour responsables les fabricants.

Les psychiatres évoquent même le risque qu'avec ce phénomène le passage de l'enfance à l'adolescence soit accéléré.

Chantl Jouanno, dans son rapport, propose des mesures à adopter pour limité sa propagation

Des réformes et des lois à venir

La sénatrice estime que cette hypersexualisation est la « cause de la régression féminine ». Elle montre aussi le danger que ce phénomène implique.

« Aujourd’hui, 37 % des filles de onze ans avouent être à la diète. L’intrusion précoce de la sexualité entraine des dégâts psychologiques irréversibles dans 80 % des cas. »

Pour lutter contre ceci, elle propose d'interdire aux moins de16 ans d'être l'égérie d'une marque de mode. Les entreprises ne respectant pas les règles pourraient être dénoncées sur Internet.

Les concours de beauté pourraient aussi être interdits aux moins de 16 ans car il ne s'agit que de juger l'apparence et non le talent