Belgique : une association de protection de l'enfance décriée

L'association « Child Focus » essuie de nombreuses critiques notamment de la part de la ministre francophone en charge de l'aide à la jeunesse. En effet, Evelyne Huytebroeck dénonce les méthodes de travail du centre, en particulier la dernière campagne de promotion avec Rocco Siffredi.

Des campagnes jugées complètement inadaptées

L'association « Child Focus » a été créée en 1999 suite à l'affaire Dutroux. Elle a pour but de défendre les enfants maltraités.

De plus le centre a aussi pour objectif de rechercher les enfants disparus et de lutter contre l'exploitation sexuelle des mineurs..

La directrice générale de « Child Focus » déclare que l'association « a une vraie utilité », elle précise « nous voulons améliorer la collaboration avec les autres acteurs du secteur dans l'intérêt des enfants ».

Le centre essuie beaucoup de critiques. En 2005 déjà, Jean-Denis Lejeune, père de cette fondation, avait le premier franchi le pas de la critique et claqué la porte, estimant que l'association partait à la dérive.

Aujourd'hui les dernières campagnes du centre ont encore choqué et sont remises en question.

La ministre soutient à 100% tous les organismes qui contestent aujourd’hui « Child Focus ». Trop de provocations, de polémiques et de promos sur du porno qui desservent la cause.

Elle déclare « C'est un peu la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Child Focus a réalisé une campagne où l'on appelle à la délation avec des images « trash ».

En effet la campagne pour combattre la pédopornographie a pour acteur de acteurs de films pornographiques, Rocco Siffredi et PussyKat.

Bernard De Vos, délégué aux Droits de l'enfant, s'indigne, « Pour combattre la pédopornographie, on ne peut pas banaliser, voire valoriser la pornographie. »

La directrice de l'association répond « Child Focus ne cautionne pas le X. Pas plus qu'il ne pose la pornographie en alternative à la pédopornographie. »

Elle défend d'ailleurs sa campagne « Il était beaucoup plus fort de faire porter à ces stars du X notre message : non à la pédopornographie qui met en scène des enfants abusés sexuellement. »

Elle précise « Nous voulons interpeller les consommateurs de porno qui peuvent tomber sur ce genre d'images. Et nous leur demandons de les signaler sur notre site. »

Pour elle « Il faut pouvoir parler des problèmes d'abus sexuels pour être capable d'aider les enfants qui en sont victimes ».

Elle rappelle aussi l'importance du centre « Nous sommes les seuls à mettre une ligne verte à disposition pour dénoncer les abus sexuels ou signaler une disparition sept jours sur sept, 24h sur 24. »