Pas de vacances pour 3 millions d'enfants

L'observatoire des vacances et des loisirs des enfants et des jeunes (Ovlej) a réalisé une enquête qui révèle qu'un quart des jeunes âgés de 5 à 19 ans n'est pas parti en vacances en 2011. Cette donnée est stable depuis l'enquête de l'Insee en 2004.

25 % des 5-19ans ne partent pas en vacances

Le sondage a été réalisé par téléphone entre les mois d’octobre et de décembre 2011 auprès de 2 550 familles françaises, ayant un ou plusieurs enfants âgés de 5 à 19 ans

Les familles ont été interrogées sur les vacances, c'est à dire, au moins 4 nuits consécutives hors du domicile.

Les résultats ont démontré qu'un quart de ces 11,9 millions de 5-19 ans ne sont pas parti en vacances l'année dernière.

Parmi ces derniers, 2 millions n'ont même pas dormi une nuit hors de leur domicile.

En comparaison avec les données d'une étude de l'Insee réalisée en 2004, dans les familles gagnant mois de 1500 euros par mois, c'est seulement 50% des enfants qui ont pu partir, soit 8% de moins.

Les jeunes vont moins en colonies, en camps ou en stages linguistiques,7,5% en 2011 contre 8,4%en 2004. Il y a vingt ans, ces séjours collectifs accueillaient 14% des jeunes.

Les enfants des familles les plus modestes partent aussi de moins en moins longtemps en vacances le nombre de journées de vacances hors du domicile baisse de 5 jours entre 2004 et 2011.

Pour 67% des parents interrogés, la principale raison est l'argent. Dans le but de faire des économies les jeunes partent de plus en plus en vacances avec leurs parents.

Cependant, il faut savoir que des aides financières existent. 69% des enfants qui sont partis en séjours collectifs en ont bénéficié.

Ces aides d’organismes, de collectivités territoriales, sont essentielles, mais ne permettent pourtant pas un accès équitable aux loisirs.

Les caisses d’allocations familiales jouent aussi un grand rôle. Mais leur budget « vacances » a diminué. Maintenant, elles ciblent les foyers les plus défavorisés, dans une optique d’insertion sociale par les loisirs.

En ce qui concerne les classes moyennes, seuls 18 % de leurs enfants ont reçu des aides CAF. Pour pour ces foyers, une semaine en colonie, au minimum 500 euros sans le transport, devient inaccessible.