Les évaluations nationales sont remises en question par le ministre

Les résultats des évaluations des élèves de CE1 et CM2, tous les ans sujets de différents entre l'Éducation nationale et les syndicats d'enseignants et associations de parents d'élèves ne feront l'objet d'aucune remontée nationale a annoncé Vincent Peillon,

Une conservation des évaluations à l'échelle locale, mais plus nationale

Les évaluations des élèves de CE1 et CM2, mises en place depuis 2009, auront lieu du 21 au 25 mai, dans les classes concernées.

Elles permettent de vérifier les acquis de chacun des élèves et de mettre en œuvre les démarches pédagogiques appropriées au sein de la classe et de l'école pour la réussite de tous.

Elles peuvent aussi servir de support aux échanges avec les familles.

Le ministre déclare « Je veux rappeler que l’évaluation des élèves n’est pas faite pour servir la communication du gouvernement. Or, elles ont été utilisées pour faire croire qu’il y avait une progression des résultats du système éducatif. »

Il ajoute « Nous nous voulons plus cette confusion et cette manipulation. Nous voulons restaurer la relation de confiance avec les enseignants. Nous ne voulons pas mettre les établissements en concurrence. »

En effet, lors de l'ancien gouvernement, il a été évoqué que ces résultats soient rendus publics ; or ces évaluations « doivent rester des outils pour les maîtres, à travailler avec les inspecteurs et à discuter avec les parents. »

Depuis 2009, elles font, tous les ans, polémiques entre l'Éducation nationale d'un côté, les enseignants et les parents d'élèves de l'autre, finissant parfois par des appels au boycott et à la grève.

Les syndicats d'enseignants contestent la forme et le fonds, estimant notamment qu'elles ont été mises en place sans aucune concertation.

Le nouveau ministre a pour projet de refonder l'ensemble du système d'évaluation des élèves et du système scolaire.

Il a pour objectif de mettre à disposition des enseignants des outils d'évaluation qui permettront un diagnostic individualisé des acquis scolaires de leurs élèves et de repérer et traiter le plus tôt possible les difficultés scolaires.

Au niveau national, il prévoit des instruments de mesure des résultats du système éducatif pour permettre de guider le pilotage ministériel et académique.