Enfance : le CSA veut protéger les enfants de la vidéo

À travers une nouvelle campagne médiatique, le CSA veut renforcer la sensibilisation des parents et professionnels de l'éducation et de la petite enfance, aux dangers encourus par les enfants faces aux écrans et à la vidéo. Le jeune public est également sollicité.

Un jeune public trop sensible

Face à la multiplication des écrans vidéos (télés, ordinateurs, consoles, smartphones, ...) et à leur utilisation par un public de plus en plus jeune et de plus en plus nombreux, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a annoncé le lancement d'une nouvelle campagne de sensibilisation, la troisième du genre en 7 ans.

Pour le président du CSA, Michel Boyon, la "multiplication des écrans disponibles pose beaucoup de problèmes et notamment celui de la protection des enfants", une multiplication et une liberté qui parait de plus en plus difficile à réguler.

Afin de sensibiliser les enfants eux-mêmes et leur parents, deux spots seront diffusés à partir du 20 novembre sur l'ensemble des chaînes françaises, avec un slogan commun "soyons tous responsables face aux écrans".

Côté nouvelle technologie si l'intervention du CSA parait plus difficile, ce dernier mise principalement sur une intervention auprès des parents, pour que ceux interagissent plus avec leurs enfants. "Nous pensons à lʼautorégulation des fournisseurs d'accès internet (FAI), des hébergeurs, à des contrôles parentaux plus efficaces, à des sites labellisés sur lesquels les parents seront assurés que les contenus sont validés pour leurs enfants" précise ainsi le patron du CSA.

Avec sa nouvelle campagne, le CSA veut donc frapper fort, comme le souligne la présidente du groupe "jeunesse et protection des mineurs" du CSA, Françoise Laborde, pour qui le CSA doit être "en adéquation avec les évolutions de la société et de ses pratiques de consommation des médias".

Interrogée par le quotidien 20 Minutes, la secrétaire d'État à la famille, Claude Greff a déclaré vouloir "voir la campagne du CSA se développer, lui donner de la visibilité. Et la clé est vraiment dans lʼinformation des parents. Parce quʼils ne sont pas toujours au courant de ce que leurs enfants regardent", rappelant par ailleurs que "les enfants passent 1800 heures par an à lʼécole, et presque 1200 devant un écran".

Selon le Conseil, en 2010, les enfants âgés de 4 à 14 ans passaient en moyenne 2h12 par jour devant la télévision, ceux de 15 ans et plus, près de 3h45.

09/11