Tourcoing : un centre de loisirs pour enfants valides et handicapés

À Tourcoing, près de Lille, l’association Loisir Pluriel a ouvert il y a un an un centre de loisirs pouvant accueillir 16 enfants de 3 à 13 ans valides et handicapés. Ce centre est ouvert le mercredi et pendant les vacances scolaires.

L’intégration par le partage et la promiscuité

La première structure de ce genre a été fondée en 1992 a Rennes, en Bretagne, et avait pour but de favoriser la rencontre et le partage d’activités entre les enfants valides et invalides. Aujourd’hui Loisir Pluriel compte 11 associations de ce type en France, 5 en Bretagne, 2 en Pays de Loire, 1 en Haute-Normandie, 1 dans le Nord-Pas-de-Calais et 1 à Paris.

Ces centres de loisirs garantissent une bonne qualité d’accueil. La petite taille des groupes, une parité entre enfants handicapés et valides, une direction assurée par un membre qualifié, un encadrement 4 fois plus important que dans un centre de loisirs traditionnel, des animateurs formés des activités adaptées et des tarifs adaptés aux familles participent à la qualité d’accueil des enfants.

Le centre de Tourcoing fête ses 1 an

Le centre de loisirs de Tourcoing accueille 16 enfants de 3 à 16 tous les mercredis et durant les vacances scolaires. Les enfants sont pour la moitié valide et pour l’autre handicapé. Les activités diffèrent et s’adaptent aux enfants, pour Blandine Derhille, directrice du centre de Tourcoing, « les activités sont variées, car on fonctionne par thème. Aux vacances de la Toussaint, on a assisté à un spectacle de cirque et on a passé la journée au Coffre d’Arlequin. Sinon, on va régulièrement à la piscine, à la ludothèque... »

Au bout d’un an, le concept plait, des gens sont maintenant sur liste d’attente. Les parents d’enfants valides admettent que cela apporte à leur enfant de fréquenter des enfants atteints d’un handicap. « L’avantage est évident. Un tel lieu leur permet de fréquenter des enfants valides, et donc d’être tirés vers le haut. Il se développe d’ailleurs un sentiment d’entraide, voire de protection des valides envers les handicapés. Ils les aident à monter sur leur fauteuil... » déclare Madame Derhille. Les listes d’attente montrent qu’il y a une demande importante de ce genre de structure, il faudrait donc en créer plus