Un pacte contre l’échec scolaire pour les présidentielles de 2012

La France subit un échec scolaire massif qui se traduit par environ 150 000 jeunes par an qui sortent du système sans diplôme. Un « pacte contre l’échec scolaire » a été signé par 52 personnalités, il sera présenté aux candidats à la présidentielle.

Un échec scolaire trop important en France

Selon l’OCDE, entre 2000 et 2009, le constat pour la France est accablant. En effet, la cinquième puissance mondiale compte 20 % d’élèves de 15 ans en échec scolaire. L’écart de niveau entre les meilleurs élèves et les plus faibles s’est accru. Il faut savoir qu’aujourd’hui la France est l’un des pays où les inégalités sociales pèsent le plus dans la réussite scolaire. Les enfants de milieux défavorisés ont nettement moins de chance d’être parmi les « bons » que ceux de milieux favorisés.

Il est donc nécessaire que la France réagisse. L’association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV) a donc lancé un « pacte contre l’échec scolaire ». Cette association prône « un système de promotion dans lequel chaque enfant, quelles que soient ses difficultés et ses appétences, pourra sortir avec la qualification et les compétences nécessaires ».

Ce pacte sera ensuite présenté aux candidats à l’élection présidentielle pour qu’ils en tiennent compte dans leur programme et règlent ce problème important en France.

Trois priorités d’actions

Pour parvenir à réduire l’échec scolaire, le pacte s’articule autour de 3 grands axes. Le premier étant d’en finir avec « l’amalgame effort et souffrance » et donc de remplacer les notes par une évaluation en primaire. Les différents signataires du pacte souhaitent également « réinventer le collège unique », le repenser « comme un prolongement de l’école primaire. » L’intégration du travail personnel au temps scolaire pour ne plus laisser les plus fragiles seuls est une des multiples revendications de l’association. Une gradation du nombre de professeurs au collège serait souhaitable, car l’enfant peut être déstabilisé par le fait de passer d’un professeur à 10. Enfin, le pacte veut revaloriser la filière professionnelle.

Ce n’est pas moins de 52 personnalités qui ont décidé de signer ce pacte. Le rappeur Abd Al Malik, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, l’écrivain Stéphane Hessel ou encore le journaliste Harry Roselmack, l’ex-footballeur Vikash Dhorasoo, l’athlète Yohann Diniz en font partie. Le problème de l’échec scolaire mobilise donc un grand nombre de personnes. Le pacte est consultable sur le site « pacteechecscolaire.com »