Des médiateurs scolaires à la rentrée prochaine

Le nouveau ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon a annoncé la présence de médiateurs dans les écoles à la rentrée prochaine. Ces personnes seront chargées de la lutte contre les violences scolaires dans les établissements les plus « difficiles ».

500 médiateurs en place à la Toussaint

François Hollande avait dénoncé une hausse et une intensification de la violence.

En effet, durant les 2 dernières années, le nombre d'incidents aurait progressé de 20 %, et 5 % des établissements concentraient, à eux seuls, un tiers de ces incidents.

L'actuel président avait précisé que face à cette violence il fallait « agir avec tous les personnels concernés : école, justice, police ».

Il avait ajouté « C'est un travail de coproduction pour qu'il y ait compréhension de la situation et intervention commune ».

Le ministre explique « Nous sommes en train de concevoir un nouveau métier de médiateurs qui en même temps assurent l'ordre, et qui seront affectés en permanence dans ces établissements les plus difficiles »

Ces 500 personnes sont prévues pour la Toussaint ou Noël dans les établissements, car il faut le temps de les recruter et de bien les former.

Le ministre a précisé que ces médiateurs ne remplaceront pas les équipes mobiles déjà en place qui font « un travail utile », mais trop orienté sur la prévention étant donné leur mobilité.

Selon Vincent Peillon, « il y a des établissements dans notre pays qui ont plus de quatre incidents graves par an. »

« Nous ne pouvons pas admettre que des professeurs et des élèves soient en insécurité dans nos établissements. »

À la rentrée 2010, Luc Chatel et Brice Hortefeux avaient installé le premier « policier référent » dans un lycée de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne), portant son arme de service à la ceinture.

Ce dispositif avait été assez mal accueilli par chefs d'établissements, les enseignants et les parents.