Des négociations prévues sur les vacances scolaires

La réforme des rythmes scolaires, au service des apprentissages des élèves, est une priorité du gouvernement. Vincent Peillon, actuel ministre de l'Éducation nationale, a annoncé sa volonté d'avancer la rentrée scolaire d'un jour.

Une proposition de rallongement des vacances

Le 15 juin dernier, sur France Info, il a annoncé qu'il proposerait au Conseil supérieur de l'éducation (CSE) d'avancer la rentrée scolaire de septembre 2012 d'un jour.

Il déclare, « La rentrée devait avoir lieu le mardi, au mois de septembre, elle aura lieu le lundi, c'est quand même plus logique. »

Il a aussi fait connaitre sa volonté de repousser la fin d'année au vendredi soir ou au samedi midi au lieu du jeudi soir actuellement en vigueur.

Vincent Peillon, dans un entretien, a fait savoir qu'il n'était pas « hostile » à l'idée « d'instituer 2 semaines de vacances à la Toussaint » contre 10 jours actuellement.

Il a néanmoins précisé qu'il s'agirait « d'un rééquilibrage du calendrier 2012-2013. »

« Une alternance plus régulière entre les semaines travaillées et les semaines de congés sera donc recherchée, sans diminuer le nombre de jours de classe dans l'année. Il n'y aura donc pas de jours de vacances en plus ».

Vincent Peillon a déclaré : « Les vacances commenceront le samedi 27 octobre après la classe et les cours reprendraient le lundi 12 novembre au matin au lieu du jeudi 8 novembre au matin. »

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault est revenu sur cette annonce, comme il l'avait fait déjà il y a quelques semaines sur la semaine de cinq jours.

Il précise qu'il ne s'agissait que de pistes et qu'une concertation va débuté et espère qu'elle se conclura positivement.

« La piste qu'évoque le ministre de l'Éducation, c'est celle de vacances intermédiaires un peu plus longues, c'est déjà le cas à Noël, à Pâques. On ébauche des pistes, mais il faudra creuser davantage. »

Le ministre de l'Éducation nationale a aussi déclaré « Tout le monde arrive à la même conclusion : une semaine de quatre jours, des vacances très longues, des journées surchargées, ce n'est pas bon. Une réforme s'impose. »